Transports, Infrastructures & Mobilité

Energies


Premiers trains à hydrogène en Allemagne


Le 11 juillet 2018, l’EBA – Eisenbahn-Bundesamt, l’établissement public de sécurité ferroviaire allemand – a officiellement accordé au train à hydrogène Coradia i-Lint d’Alstom son certificat d’homologation qui lui permet de circuler en service commercial sur le réseau ferré allemand.  Les deux premiers trains prototypes utilisant la technologie des piles à combustible circuleront ponctuellement mais en service commercial régulier à partir de la mi-septembre 2018 sur le réseau local dit de l’ « Elbe Weser », près de Bremerhaven. En décembre 2021, la totalité des 14 rames commandées par LNVG (Autorité organisatrice des transports de la région Basse-Saxe) sera livrée. Elles desserviront un ensemble de lignes régionales du nord de la Basse-Saxe associant, entre Bremerhaven, Cuxhaven, Bremerevörde et Buxtehude, lignes locales et lignes appartenant au réseau ferré national DB Netz.
L’i-Lint, qualifié de «  train à zéro émissions », puisqu’il émet seulement de la vapeur d’eau et de l’eau condensée, a été créé à partir de rames classiques de la gamme Coradia construites sur le site Alstom de Salzgitter en Basse-Saxe. Il est équipé d’une pile à combustible rechargée dans des stations ad-hoc installées dans les centres de maintenance des rames et alimentant des batteries à la source de l’énergie de traction. Pour le constructeur, la qualité essentielle de cette technologie réside dans la « gestion intelligente » de la traction et de l’énergie disponible entre chargement, déchargement des batteries et récupération d’énergie en ligne (énergie de freinage, etc.)

Ces premiers tours de roues de l’ « i-Lint » seront observés avec grand intérêt aussi bien par les AOT et les exploitants que par Alstom… et ses concurrents ! Avec un modèle économique du système qui reste encore à affiner, notamment le poids d’un réseau d’approvisionnement en hydrogène qu’il faudrait créer en cas de généralisation de cette nouvelle technologie. Mais aussi l’amélioration du rendement des rames au-delà du seul système de propulsion. Dans la mesure où il faut également alimenter les auxiliaires (éclairage, climatisation, porte) comme les circuits de refroidissement de l’ensemble du système.

M. Ch.


Photo Alstom


 
Réagissez à cet article !
 
   Votre nom :  
Votre e-mail :  
 
Votre commentaire :  
 
 
 

De g. à d. : Yves Crozet, Yann Mongaburu, Philippe Duron, Louis Nègre, François Poupard, François Durovray (© Véronique Tarka-Partouche).

identifiant  
Mot de passe  
 
 
Partager sur :  twitter Linkedin
 

Partenaire
petits-déjeuners-débats