Transports, Infrastructures & Mobilité

Le point sur


Bruxelles passe tous les transports au tamis de la lutte contre le CO2


La réforme du transport routier presque bouclée (même si Bruxelles pourrait reprendre la copie pour la réécrire à l’aune du Green Deal) la nouvelle Commission présidée par Ursula von der Leyen (2019-2024) met le cap sur la réforme des secteurs aérien et maritime. 



Le Pacte vert européen, ou Green Deal, vise à atteindre la neutralité carbone de l’Europe en 2050. C’est l’objectif majeur de la Commission pour tous les secteurs d’activité. Cela se traduit d’ailleurs par la double fonction du néerlandais Frans Timmermans aux cotés de la présidente de la commission est à la fois le premier vice-président exécutif et superviseur du travail des commissaires à l’Environnement et à l’Energie. Bruxelles va mettre de nouveaux sujets sur la table pour at- teindre la neutralité carbone en 2050, « atteignable » a assuré F. Timmermans, le 29 janvier. Dans un premier temps, la Commission doit écrire sa « stratégie globale pour une mobilité durable et intelligente », et la présenter fin 2020. Elle devrait être complétée à partir de 2021 par des propositions et un calendrier. Toujours fin 2020, elle présentera également deux « initiatives législatives » destinés à devenir des lois après le fastidieux circuit d’adoption (Parlement, Conseil, avec des allers-retours, etc ). 



L’une de ces initiatives porte sur le kérosène aérien (ReFue- lEU Aviation), la seconde sur le carburant du secteur mari- time (FuelEU Maritime, Maritime-Green European Maritime Space). Si Bruxelles ne s’empare pas de ces sujets hypersensibles, le Parlement européen pourrait le faire à sa place, notamment celui concernant la taxation du kérosène, sur lequel ne pèse aujourd’hui aucune fiscalité. 



La priorité des projets transports de l’équipe von der Leyen est d’accompagner les secteurs aérien et maritime dans leur transition énergétique. L’industrie des armateurs craint des mesures punitives et tente de prôner au niveau international une autorégulation consistant à baisser la vitesse des navires pour réduire les émissions. Pour l’aérien, d’autres types de mesures sont en cours de réflexion : la révision des redevances aéroportuaires et de la fourniture des services aériens, le tout constituant un futur « paquet aérien ». 



Côté ferroviaire, Bruxelles espère donner un coup de pouce au fret en tentant d’améliorer le règlement de 2010 sur les corridors de fret européens.



Mais le nerf de la guerre, c’est l’argent. Pour financer le Green Deal, la Commission von der Leyen veut faire de la transition énergétique un moteur de croissance pour l’Union européenne et entend faire adopter un budget permettant en dix ans de répartir 1 000 Md€ d’argent public et privé, tous secteurs confondus. En actionnant plusieurs mécanismes nouveaux ou existants : budget européen, fonds dédiés, prêts de la BEI, cofinancement des Etats membres, etc. 



Marc Fressoz 



Photo : Ursula von den Leyen, présidente de la Commission européenne. @ Commission européenne


 
Réagissez à cet article !
 
   Votre nom :  
Votre e-mail :  
 
Votre commentaire :  
 
 
identifiant  
Mot de passe  
 
 
Partager sur :  twitter Linkedin
 

Partenaire
petits-déjeuners-débats