Transports, Infrastructures & Mobilité

Concurrence & marchés


Go-Ahead et ATM se positionnent sur les DSP dans les grandes métropoles


L’ouverture à la concurrence des réseaux de transport en Île-de-France a créé un vrai appel d’air. Il conduit deux opérateurs étrangers, officiellement déclarés, à venir challenger chez eux Transdev, Keolis et RATP Dev. Le dernier en date est le poids lourd britannique Go-Ahead (4,5 Md€ de chiffre d’affaires), qui est sorti du bois le 1er juin. Lui et l’autocariste indépendant Lacroix & Savac (210 M€ de chiffre d’affaires) ont annoncé leur partenariat, prévoyant « de répondre ensemble aux appels d’offres lancés par Île-de-France Mobilités sur Paris et la petite couronne, dans le cadre de l’ouverture à la concurrence du réseau de transport francilien ». Go-Ahead exploite des trains régionaux en Angleterre et en Allemagne et dispose aussi d’une flotte de plus de 6 000 bus en Angleterre où il gère un quart des bus londoniens. Il justifie son arrivée en mettant en avant son expertise dans « les transports en commun à haute fréquence » et affiche son intérêt pour « de nouvelles opportunités dans les modes bus et métros légers/tramways », Lacroix & Savac avec sa « connaissance locale très fine […] est le partenaire idéal pour pénétrer le marché français ». Reste à savoir quelle forme prendra à terme ce partenariat. Prélude-t-il un rachat par Go-Ahead de Lacroix & Savac au fonds d’investissement Cube qui le détient ?


L’anglais rejoint l’italien ATM dans le camp des visiteurs étrangers. L’exploitant public du métro de Milan a officialisé l’an dernier son intérêt pour la France, étendu à la fois aux bus et aux métros automatiques. ATM qui fait valoir sa capacité à gérer un réseau urbain dense a répondu à des appels d’offres sur les lignes de la grande couronne d’Île-de-France et fera de même sur des lignes RATP. Il examine également les opportunités en province. Opérateur du métro automatique de Copenhague, ATM est aussi en lice pour tenter de décrocher la gestion des lignes 16 et 17 du Grand Paris Express.


Les autorités organisatrices de grandes métropoles ouvriront-elles la porte à des nouveaux venus ? Jusqu’ici, le marché français n’a pas beaucoup réussi aux opérateurs étrangers cantonnés à des réseaux de taille moyenne. L’implantation de CarPostal suisse s’est soldée par une débâcle tandis que les Espagnols Moventia (Montbéliard, etc.) et Vectalia (par exemple Perpignan) peinent à maintenir leurs positions. Si le savoir-faire de Go-Ahead est indéniable, son identité (britannique, coté en bourse) risque de symboliser le libéralisme aux yeux des syndicats et susciter la prudence des élus. De son côté, ATM, avec son profil de RATP milanaise, présente des caractéristiques inverses, tout en ayant une faible notoriété.


Marc Fressoz 


© DR 


 
Réagissez à cet article !
 
   Votre nom :  
Votre e-mail :  
 
Votre commentaire :  
 
 
identifiant  
Mot de passe  
 
 
Partager sur :  twitter Linkedin
 

Partenaire
petits-déjeuners-débats